Archive | Générale RSS for this section

Ho, qu’il est bô…

“…qu’il est bô, …qu’il est bô le lavabo…”
(V. Lagaf’, 1989)

Un bref article en attendant qu’on poste des photos de l’avancée (phénoménale) des travaux (on court tellement, qu’on trouve même plus le temps de photographier ce qui avance). Pour les nouvelles, on a rendu le mobil-home (ouf!), mis en service la production d’eau chaude et un évier (haaa!), mais pas tout à fait fini la douche (aïe!), reçu le poêle à bois (mmhh!), mais pas fini de s’isoler des courants d’air (brrrr!)…

En ce moment (cette semaine), c’est marathon-salle-de-bain!

Du coup, détournement d’une vieille coiffeuse (pied chêne/plateau marbre) ayant appartenu à la grand-mère de Christine.

DSC_0043

L’ami maçon nous a fait des trous à la fraise diamant, on a acheté vasque/mitigeur/quincaillerie (p*** que c’est cher la robinetterie!!). Il nous reste à modifier la boiserie pour intégrer le siphon et les durites du mitigeur (le tiroir de droite sera condamné), refaire l’étagère de dessous un peu abimée, et trouver une jolie planche pour plaquer le fond (et cacher la plomberie contre le mur)… à moins que l’on habille avec du tube Inox, et qu’on laisse apparent… à voir… le plus urgent c’est de raccorder.

Rien ne se perd, rien ne se crée… tout se hack!

On a aussi récupéré, retapé et installé (merci Christophe!) un escalier métallique pour monter chez Malou. Et c’est juste « exactement ce qu’on cherchait ». Très contents 😀

 DSC_0044
À très vite avec un peu plus de photos et de choses qui avancent.

Tempête de sable

Hello à tous

DSC05651

Le week-end dernier, on a loué une sableuse pour nettoyer les poutres qui seront apparentes. Jusque là, elles étaient recouvertes de peinture crado… (tu peux me dire l’intérêt de peindre du bois… en marron brillant?!)

20150801_181811

« J’vous entends bien Houston. Un petit pas pour l’homme… »

Au début c’est sympa. On croirait faire de l’aérographe à l’envers… de l’aérogomme quoi. Mais très vite ça devient ingrat, fatiguant et abrutissant (chaleur, poussières, compresseur thermique en continu, soufflerie et sifflement dans le scaphandre, la protection de visière qu’il faut changer tous les 3 sacs de sables… sacs qu’il faut recharger toutes les 5 minutes…). Mais bon, le rendu est extra, et c’est ça de moins à nettoyer « à la main ».

À la fin du week-end, y’avait un petit air de vacances (avec tout le sable au sol).

Allez, à plus…

Tout doit disparaître

Ça y est, c’est parti… l’opération « Tout doit disparaitre » a commencé il y a 3 semaines…

Let’s Rock it !!

On a profité du gros chantier de maçonnerie qui arrivait (réfection complète de la dalle de la maison), pour faire du gravas nous aussi…

D’abord dans la future entrée

(ancienne chambre de Malou)

Quelques parties de plafonds

pour casser l’effet de tassement que l’on ressentait dans certaines pièces

Notre chambre

 

La salle de bain

Là, l’ami charpentier et son équipe ont mis du cœur à l’ouvrage pour nous réaliser un (imposant et technique)

Refend

…de 5 mètres!!

Et en début de semaine,

le maçon

qui arrive à son tour (et là, ça rigole plus)

Voilà. En théorie, le maçon fini de casser/évacuer avant fin de semaine. Il nous laisse ses 2 semaines de congés pour placer au sol les différents réseaux (arrivée/évacuation eau/chauffage + élec). Et revient couler la dalle à son retour.

À suivre…

Poules. Ha… yeah!

En ce moment, c’est vacances. Du coup, on s’occupe des extérieurs…

Commencé il y a quelques temps (un an tout juste à vrai dire…), le poulailler en palettes est désormais terminé. Il devrait pouvoir accueillir d’ici peu quelques gallinacés.

L’intégralité du poulailler est réalisé à base de matériaux de récup’. Le bois (de palette, l’agglo et les tasseaux), ainsi que les tuiles (des Velux dernièrement posés), et même la quincaillerie (clous, charnières) ont été récupérés, ou se trouvaient sur place.

Quelques photos du montage.

 

Dès le grillage et un portillon terminés, nous pourrons aller acheter quelques « clouques »… et bientôt faire de bons gâteaux!!

La bambouseraie (alias "la forêt des pandas") a eu droit a sa taille annuelle (coupe des feuilles à hauteur des yeux). C'est très agréable et "léger" vue de la maison

La bambouseraie (alias « la forêt des pandas ») a eu droit a sa taille annuelle (coupe des feuilles à hauteur des yeux). C’est très agréable et « léger » vue de la maison

Nous sommes venus à bout de l'un des ronciers géants qui occupait le terrain à notre arrivée. C'est Maya qui a fait la majeure partie du travail, aidée par quelques coups de lames

Nous sommes venus à bout de l’un des ronciers géants qui occupait le terrain à notre arrivée. C’est Maya qui a fait la majeure partie du travail, aidée par quelques coups de lames

L'un des avantages de vivre dans un ancien marécage, c'est de pouvoir observer beaucoup d'insectes et de batraciens. Notamment des papillons et de petites libellules multicolores (par centaines!)

L’un des avantages de vivre dans un ancien marécage, c’est de pouvoir observer beaucoup d’insectes et de batraciens. Notamment des papillons et de petites libellules multicolores (par centaines!)

La semaine prochaine, on se remet dans les combles. Au programme, chaux et plâtre.

À suivre…

Bon allez, c’est parti… feu la porcherieEt pendant

Bon allez, c’est parti… feu la porcherie

Image

Et pendant ce temps là, dans l’élevage d’escargots de Malou, c’est « Prison break » !

Image

À bientôt

Explication de texte

Coucou tous

Dans le titre de ce blog, et un peu tout le temps, nous évoquons deux termes dont certains d’entre vous doivent se demander se qu’ils signifient.

Alors aujourd’hui, petite explication de texte ;p

C’est quoi des barthes ?

La maison (et le lieu-dit) s’appelle « Pondelabarthe » (comprendre « pont de la barthe »).

Bon, il y a un cours d’eau qui longe le terrain, et passe sous la route au droit de la maison, il y a donc un pont près du portail. OK… Mais c’est quoi une barthe ?

Tel qu’inscrit dans l’article Wikipedia traitant du sujet:

[…]on appelle barthe (du gascon barta) les plaines alluviales inondables longeant les cours d’eau.[…]

Ou encore cette autre page Wikipedia, qui nous explique:

[…]Les prairies marécageuses ainsi nommées sont situées dans le lit majeur de l’Adour, c’est-à-dire dans sa zone inondable, recouvert par les eaux en cas de crue du fleuve ou de son affluent des Gaves réunis, en amont de Peyrehorade.[…]

À priori, et d’après ce que j’ai pu comprendre lors de mes recherches, il s’agit de plaines humides et marécageuses, parfois boisée (comme chez nous), et qui accueillent les crues de l’Adour (ou de ses affluents). Historiquement et étymologiquement donc, le terme ne concerne que les marais bordant l’Adour et les Gaves réunis (de Pau et d’Oloron), et s’étend sur une zone partant de la commune de Pontonx-sur-l’Adour jusqu’à St-Martin-de-Seignanx.

À lire aussi, cet extrait de thèse d’un certain Sébastien qui explique que ces endroits, autrefois déclarés insalubres et inconstructibles, ont commencé à être exploitées pour l’agriculture après la révolution. On a donc réussi à apprivoiser les marécages en créant des canaux et en retenant les eaux de crues afin d’irriguer des cultures demandant beaucoup d’eau (ce qui explique peut-être la mono-culture du maïs dans toute la région…)

C’est quoi une clouque ?

Une « clouque » (ou encore une « glousse »), c’est une poule en béarnais ! (cf le dictionnaire Gascon-Français de l’Abbé Vincent FOIX, réédité par les Presses Universitaires de Bordeaux)

En fait, c’est la forme particulière du toit, avec une travée centrale à forte pente flanquée de part et d’autre de pans plus plats et souvent asymétriques, qui lui procure ce surnom. Ces habitations typique du canton de Salies font penser à une poule protégeant sa couvée par ses ailes déployées.

Cette page du livre « La maison rurale en Béarn » (Pierre Loubergé, editions CRÉER) nous en apprend un peu plus sur l’architecture et l’utilité des trois parties d’une clouque. Généralement, la travée centrale était une grange avec grenier et les deux cotés recevaient l’étable et la maison d’habitation (rudimentaire) du métayer.

Effectivement, notre maison à conserver cet aménagement jusqu’à maintenant malgré le fait qu’elle n’ait plus été utilisée comme bâtiment agricole depuis quelques décennies (la partie étable a toutefois été transformé en chambre/salle de bain par les précédents propriétaires). Pour notre part, il est prévu que nous nous servions de la hauteur au centre afin de créer une grande pièce de vie au rez-de-chaussée, et un comble aménagé au dessus. Les flans quant à eux devraient recevoir chambre, pièce d’eau et cellier d’un coté, et entrée-salon de l’autre.

Au cours de mes recherche sur ce terme de clouque, je suis aussi tombé sur la retranscription du récit d’un certain Maurice Rouanet qui explique comment on surnommait « clouque » les vielles femmes paysannes qui se livraient à un rite aussi étrange qu’ancestral en pays d’Oc afin d’assurer la fertilité des terres. Je vous laisse le soin de découvrir cette histoire fabuleuse et poétique…

Enfin, et de façon plus générale, voici le lien vers un document intéressant qui traitent des différentes architectures que l’on rencontre dans le Béarn-des-Gaves.

Conclusion

Bah… on habite dans une poule, au milieu d’un marécage boisé 😀

À bientôt

Comme il nous tarde…

100_1896

Bonjour à tous.

Ce premier billet pour présenter ce blog, et dire à quel point il nous tarde d’être à mercredi soir prochain 🙂

En effet, le mercredi 13 février 2013, à 18h, nous sommes convoqués à l’étude notariale de Saliès-De-Béarn afin de signer l’acte de vente de notre (désormais nouvelle) maison.

Cet évènement donne le point de départ de notre principal projet de vie (et de plein de projets futurs on l’espère…). Nous devenons (enfin) propriétaires et allons pouvoir exprimer toutes nos envies et besoins d’un lieu « à nous ». Un endroit à notre image dans lequel nous pourrons voir grandir notre fille, accueillir nos familles et nos amis, imaginer et mettre en place des projets, créer des souvenirs… en deux mots: vivre heureux !

Au fait, nous, c’est Christine et Alex (enchanté!), accompagnés de Malou (la mini-princesse des bois), de Camille (si loin, mais toujours avec nous), des chiens Java et Pop (les gardiens du domaine), des chèvres Homer et Maya (les tondeuses les plus sympas du monde), des chats Manouche et Mambo… Mais dites moi… quelle ménagerie !

Nous posterons ici assez rapidement des photos et des infos sur la maison en elle-même pour que (comme indiqué dans la page d’à propos) nos familles et amis (et même toi, lecteur anonyme arrivé ici par hasard) puissent suivre l’avancée de notre emménagement, des travaux à venir et des projets liés à la maison.

Dans l’attente d’un prochain billet (très certainement en fin de semaine), nous vous souhaitons une bonne visite, et encore Bienvenue chez nous… 😉