Assainissement, acte 1, scène 2

Ça y est, c’est parti !

On peinait à le croire encore hier soir (avec la flotte qu’on a eu ces dernières semaines…ou plutôt mois), mais le terrassier a commencé ce matin à nous planter la micro-station 😀

Coté portail, ça passe juste quand même

Coté portail, c’est passé juste quand même

DSC04696

Bon… c’est un peu « gras » quand même dans le terrain

DSC04695

Léger enfouissement du massif de fleurs sur la gauche… Christine le soupçonne d’en avoir fait exprès (hihihi)

Les cantonniers n'étaient pas venu curer les fossés jusque chez nous... encore heureux, ils auraient été verts!

Les cantonniers n’étaient pas venus curer les fossés jusque chez nous… encore heureux, ils auraient été verts!

Et bientôt... on ne verra plus que 4 chapeaux

Et bientôt… on ne verra plus que 4 chapeaux

Comme promis (il y a maintenat 6 semaines), une petite photo de la cour éventrée ;)

Comme promis (il y a maintenant 6 semaines), une petite photo de la cour éventrée 😉

À suivre…

Bon allez, c’est parti… feu la porcherieEt pendant

Bon allez, c’est parti… feu la porcherie

Image

Et pendant ce temps là, dans l’élevage d’escargots de Malou, c’est « Prison break » !

Image

À bientôt

Explication de texte

Coucou tous

Dans le titre de ce blog, et un peu tout le temps, nous évoquons deux termes dont certains d’entre vous doivent se demander se qu’ils signifient.

Alors aujourd’hui, petite explication de texte ;p

C’est quoi des barthes ?

La maison (et le lieu-dit) s’appelle « Pondelabarthe » (comprendre « pont de la barthe »).

Bon, il y a un cours d’eau qui longe le terrain, et passe sous la route au droit de la maison, il y a donc un pont près du portail. OK… Mais c’est quoi une barthe ?

Tel qu’inscrit dans l’article Wikipedia traitant du sujet:

[…]on appelle barthe (du gascon barta) les plaines alluviales inondables longeant les cours d’eau.[…]

Ou encore cette autre page Wikipedia, qui nous explique:

[…]Les prairies marécageuses ainsi nommées sont situées dans le lit majeur de l’Adour, c’est-à-dire dans sa zone inondable, recouvert par les eaux en cas de crue du fleuve ou de son affluent des Gaves réunis, en amont de Peyrehorade.[…]

À priori, et d’après ce que j’ai pu comprendre lors de mes recherches, il s’agit de plaines humides et marécageuses, parfois boisée (comme chez nous), et qui accueillent les crues de l’Adour (ou de ses affluents). Historiquement et étymologiquement donc, le terme ne concerne que les marais bordant l’Adour et les Gaves réunis (de Pau et d’Oloron), et s’étend sur une zone partant de la commune de Pontonx-sur-l’Adour jusqu’à St-Martin-de-Seignanx.

À lire aussi, cet extrait de thèse d’un certain Sébastien qui explique que ces endroits, autrefois déclarés insalubres et inconstructibles, ont commencé à être exploitées pour l’agriculture après la révolution. On a donc réussi à apprivoiser les marécages en créant des canaux et en retenant les eaux de crues afin d’irriguer des cultures demandant beaucoup d’eau (ce qui explique peut-être la mono-culture du maïs dans toute la région…)

C’est quoi une clouque ?

Une « clouque » (ou encore une « glousse »), c’est une poule en béarnais ! (cf le dictionnaire Gascon-Français de l’Abbé Vincent FOIX, réédité par les Presses Universitaires de Bordeaux)

En fait, c’est la forme particulière du toit, avec une travée centrale à forte pente flanquée de part et d’autre de pans plus plats et souvent asymétriques, qui lui procure ce surnom. Ces habitations typique du canton de Salies font penser à une poule protégeant sa couvée par ses ailes déployées.

Cette page du livre « La maison rurale en Béarn » (Pierre Loubergé, editions CRÉER) nous en apprend un peu plus sur l’architecture et l’utilité des trois parties d’une clouque. Généralement, la travée centrale était une grange avec grenier et les deux cotés recevaient l’étable et la maison d’habitation (rudimentaire) du métayer.

Effectivement, notre maison à conserver cet aménagement jusqu’à maintenant malgré le fait qu’elle n’ait plus été utilisée comme bâtiment agricole depuis quelques décennies (la partie étable a toutefois été transformé en chambre/salle de bain par les précédents propriétaires). Pour notre part, il est prévu que nous nous servions de la hauteur au centre afin de créer une grande pièce de vie au rez-de-chaussée, et un comble aménagé au dessus. Les flans quant à eux devraient recevoir chambre, pièce d’eau et cellier d’un coté, et entrée-salon de l’autre.

Au cours de mes recherche sur ce terme de clouque, je suis aussi tombé sur la retranscription du récit d’un certain Maurice Rouanet qui explique comment on surnommait « clouque » les vielles femmes paysannes qui se livraient à un rite aussi étrange qu’ancestral en pays d’Oc afin d’assurer la fertilité des terres. Je vous laisse le soin de découvrir cette histoire fabuleuse et poétique…

Enfin, et de façon plus générale, voici le lien vers un document intéressant qui traitent des différentes architectures que l’on rencontre dans le Béarn-des-Gaves.

Conclusion

Bah… on habite dans une poule, au milieu d’un marécage boisé 😀

À bientôt

Assainissement repoussé…

Assainissement repoussé d’une semaine pour cause de terrain détrempé 😦

Et avec le temps annoncé la semaine prochaine, c’est encore pas gagné.

À bientôt

Assainissement, acte 1, scène 1

Après quelques semaines de mutisme (le temps de débroussailler un peu, de racheter une voiture, d’investir dans un micro-tracteur et une tronçonneuse…) nous revoilà avec enfin un premier article dans la catégorie Travaux.

Lundi dernier, livraison (à 6h30 du mat’) d’une micro-station BIONEST

(me l'a mis devant le garage le gars... c'est malin...)

(me l’a mis devant le garage le gars… c’est malin…)

2 beaux blocs béton de 3000l + un gros coffret extérieur muni d’un mini tableau électrique et d’une petite pompe (!)

Et nous pendant ce temps là… on fouille à trouver l’existant (pour se raccorder, et découvrir l’ampleur de la restauration qui nous attend niveau plomberie/canalisations).

100_2056

100_2057

100_2061

Pas toute jeune la fosse sceptique en béton… d’autant qu’elle ne fait plus tout à fait son job (elle déborde s’il pleut trop !)

Une petite photo de la cour avant qu’elle ne soit éventrée (promis, on postera une photo pendant, héhé…)
100_2055

À suivre donc, très prochainement

À bientôt

Open framboise

Coucou à tous.

Ce week-end à Pondelabarthe, c’était « Open framboise » 😀

"Vive les framboises libérées !"

« Vive les framboises libérées ! »

Dessin: Louise FABRE - © 2013(merci Loulou :D )

Dessin: Louise FABRE – © 2013
(merci Loulou 😉 )

Une quinzaine de pieds de framboisiers sauvés du débroussaillage, taillés et mis sommairement en petits pots ont été laissés à disposition des promeneurs sur la Voie Verte qui borde le terrain.

Gros succès car ce soir, tout à disparu !!

À bientôt…

Choses promises…

…choses dues. Voici quelques photos des deux semaines passés. Prochainement, des photos de l’intérieur de la maison, pour consigner ça avant de commencer à tout chambouler 😀 À bientôt

Pondelabox…!

Coucou à tous

De retour sur le blog, et à la vie numérique…

Pour résumé, après 7 semaines d’attente, 2 changement d’opérateur, quelques heures avec des hotlines, l’expérimentation du faux-illimité des forfaits 3G pour smartphones (à 2€ les 50Mo de rab!), et le satellite sans abonnement qui ne fournit que 4 chaînes et demi… nous avons enfin récupéré un accès internet (et à tous les autres avantages de l’ADSL).

Et c’est qu’il s’en passe des choses en deux semaines et demi.

Dans l’ordre. Nous avons eu la visite de Papy Erick et Mamie Catherine, accompagné des deux cousines de Malou, Léa et Ema (Mamie raconte tout ça dans un nouvel article de son blog). Nous avons débroussaillé. Nous avons rapatrié les chèvres et leur bergerie (des photos suivront). Nous avons aussi débroussaillé. Convoqué plombier, menuisiers, maçon. Récupéré Mambo le chat. Puis élagué, et enfin débroussaillé (et il en reste plein encore).

Et ce matin au réveil, surprise… le paysage a changé de couleur dans la nuit…

pondelabarthe sous la neige 1

Bon, c’est pas la normandie (ni même la mayenne 😉 ), mais c’est une belle surprise pour qui était en t-shirt il y a 48h.

À très vite, pour la suite (en image).

Premiers visiteurs

Coucou

Nous avons reçu avec plaisir nos premiers visiteurs ce week-end. Papy Bernard et Mamie Jojo, Mary, Thomas et Célia ont pu découvrir Pondelabarthe après un bon repas de confit de canard.

À noter que les premiers (et certainement les seuls) flocons de l’année se sont aussi invités, rendant la vue des barthes et de la campagne alentours par nos fenêtres aussi bucolique que féérique. On va finir par vraiment tomber amoureux de l’endroit si ça continue… 😀

À bientôt

Un bivouac amélioré

Coucou à tous. Voici quelques nouvelles.

Nous avons passé le week-end dans les poussières et les détergents et, malgré les mains sèches et abîmées, nous sommes très heureux d’avoir pu « emménager » de suite dans la maison.

Bon, c’est un peu le camping, nous dormons en canapé dans le salon (tout contre le poêle à bois, ce qui n’est pas pour déplaire à Christine), mais Malou est bien installée dans sa chambre provisoire (l’ancienne salle à manger) où elle a la majeure partie de ses affaires (et de ses repères pour le coup).

Nous voyons donc enfin plus clairement l’étendu du travail que nous aurons à faire (nous même) dans la maison… et comme on dit dans le 41: « Y’a gros d’chantier!! »

Prochaine étape: relances, négociations et convocations des artisans pour les travaux urgents (assainissement, menuiseries).

Bises à tous et à bientôt.